La musique dématérialise se concrétise !

.

Les limites du lecteur CD sont connues depuis longtemps : résolution qui plafonne à 16 bits/44 kHz, problèmes de correction d’erreurs, de jitter, …

 

Jusqu’à présent, par manque d’alternatives suffisamment puissantes, les PC régnaient en maître sur la musique dématérialisée.

Mais n’étant pas du tout conçus à la base pour l’audio (quand on connaît l’importance de la qualité d’une alimentation ou d’un étage de sortie…),
ils étaient intrinsèquement inaptes à reproduire toute les finesses d’un signal musical. Les utilisateurs se plaignaient de ne pouvoir atteindre la qualité d’un lecteur CD,
avec un manque de matière et de finesse, des hautes fréquences agressives… bref un son très ‘numérique’.
.
Aujourd’hui, même les ordinateurs les plus performants en audio (Mac Mini+Mac Platform+USB Power/converter/Lightspeed+Audirvana+…) sont dépassés par un streamer comme l’Antipodes.
Tous les tests le confirment (Six Moons, DAR, Positive Feedback, …).
.
Donc, sauf dans le cas de systèmes ‘cost no object’, je privilégie dorénavant l’achat d’un streamer sur celui du lecteur CD.
Choisir son streamer
.
.
Bluesound propose déjà un streamer de qualité à 549 €, incorporant un DAC 24 bits / 192 kHz directement issu de la série M chez NAD.
Compatible avec les fichiers Haute Définition, et avec la nouvelle technologie MQA  (plus de 25 millions de morceaux en qualité ‘Studio Master’

arrive cette année avec Tidal), il surclasse définitivement le système Sonos.

Très simple à installer, il permet d’accéder à la musique se trouvant sur l’ordinateur ou un NAS, mais aussi sur internet (Tidal, Qobuz, Spotify, …).

Si vous souhaitez garder votre collection de CD, il existe la version Vault2 : son disque dur intégré vous permet d’y stocker 3.000 CD…

A l’exception du Rega Apollo-R, aucun lecteur CD sous les 1.000 € n’approche les performances du Node2. Un Marantz CD6005 va sembler maigre et métallique en comparaison…
.
 
bluesnode2wh_1

La section DAC du Bluesound est très performante, lui ajouter un convertisseur externe à 500 € n’apportera rien.

Il peut parfaitement s’intégrer dans un système audio ambitieux, mais il faut alors viser au minimum un DAC Rega-R ou un Chord 2Qute.

Ou si vous souhaitez pouvoir encore lire des CD, l’association avec le Rega Saturn-R permet une polyvalence totale !

.

.
Naim, précurseur dans le streaming, propose aujourd’hui une gamme extrêmement large,
allant jusqu’au NDS / XPS à plus de 17.000 €…
.
Avec leur technologie et une intégration de pointe, on est très loin des fabricants camouflant une borne Airplay dans un coffret luxueux…
Cette marque fait partie des références actuelles, et la constitution d’un système avec des éléments séparés peut rapidement dépasser les 10.000 €.
.
Avec les modèles Uniti, Naim propose un rapport qualité/prix unique. Le Unitilite en est un parfait exemple :
naimunitilite_11b
Pour 2.950 €, il intègre :
– un amplificateur 2 x 50 watt
– un lecteur CD
– un tuner FM / DAB / DAB+ et radios internet
– un lecteur de réseau
– un DAC 32 bits/192kHz avec 5 entrées numériques
.
Impossible de trouver ces 5 éléments de 600 € qui puissent s’en approcher !
.
.
Aujourd’hui, un appareil fait l’unanimité : ce streamer, qui surclasse Lumin, Aurender, … c’est l’Antipodes.
.
6 Moons annonce qu’il est le premier à surpasser sa configuration ‘de course’ basée sur un Mac SSD.
 .
Fabriqué en Nouvelle-Zélande, la version DS commence à 3.300 € avec 1T HDD.
La version DX démarre à 7.000 € sans disque dur.
.
.
ANTIPODES DX silver

Le problème du streaming via PC est que de nombreux parasites viennent perturber le signal (alimentations à découpage, …).

.

Le signal digital est une onde que le DAC analyse pour identifier les fameux bits. Les parasites générés par les streamers perturbent cette onde : le DAC finit toujours par décoder les bits, mais avec du retard…
Et contrairement aux idées reçues, le buffer ne fait que déplacer le problème, sans le résoudre.
C’est la raison pour laquelle, jusqu’ici, les lecteurs CD haut-de-gamme restaient supérieurs musicalement.

.

Antipodes, déjà reconnu pour ses câbles haut-de-gamme, à développer de nouveaux circuits en se penchant sur la gestion du ‘bruit’.
Les interférences proviennent majoritairement de l’alimentation, généralement à découpage sur les streamers, mais également de la RAM, des systèmes d’affichage, du système Ethernet, des disques durs, des périphériques, … qu’ils soient ou non sur le trajet du signal !
Tenter de supprimer ces interférences par filtrage se traduit toujours par d’autres problèmes, plus difficiles encore à corriger : perte de dynamique, de nuances, …

.

Pour diminuer ces interférences au maximum, Antipodes a totalement repensé les problèmes de bruits dans ses alimentations, mais aussi dans tous les autres circuits :
– pour minimiser l’activité de la RAM, Antipodes utilise un système Linux simplifié et optimisé pour la lecture de fichiers audio.
– pour les processeurs, un programme spécifique a été développé pour ajuster leurs vitesses respectives de travail. Cette méthode permet, d’une part, de cantoner les bruits dans les plages de fréquences choisies pour leur faible impact sur le signal digital et, d’autre part, d’éviter les ‘peaks de bruits (superposition de plusieurs bruits sur des fréquences identiques).
– grâce à son disque dur intégré, l’Antipodes permet d’éviter la jonction DLNA vers un NAS, et les parasites liés à l’Ethernet (scène sonore moins précise, moins organique).
– les alimentations ont été totalement repensées, sans préjugés : ils se sont par exemple rendu compte que les alimentations sur batterie, appréciées à juste prix dans les systèmes analogiques, généraient des parasites très nocifs dans le numérique.
De même, les alimentations à découpage, sont souvent critiquées pour leurs pollutions électriques, restent supérieures à certains endroits. Antipodes a donc développé des alimentations multiples et dédiées, de différentes technologies.

.

C’est la gestion du bruit à tous les niveaux qui permet à Antipodes de se placer au-dessus du lot.

.